ZRX 1200

Motos Proprios


Camboui

Photo zrx
Proprio : David
Modifs : 22/01/2008
Naissance : 1972
Situation familiale : En couple, 2 enfants
Dpt: 93
Signe particulier : arrêt pipi toutes les 10 mn...
Permis moto depuis : 1988
Dist. totale en moto : 107 000 km
Dist. en Big One : 10 000 km
Ex motos : Gsx750 Inamuza, 650 Dominator, 125 MTX

L'ex Zrx 1200 de David

Liens Zrx

Drapeau Francewww.zrx21.com

Je suis monté en puissance avec mes motos : HONDA MBX 80 (1988-1990) – HONDA MTX 125 (1990 – 1993) – HONDA DOMINATOR 650 (1993 – 1996) – SUZUKI GSX750 (1998 – 2002) et enfin le Kawa ZRX 1200, une bombe de roadster ! Les raisons fondamentales pour lesquelles j’ai choisi le concept roadster est : style épuré, puissance, style 1970 – début 1980, le vent dans les dents … Malgré un moteur d’une bonne réputation (issu du ZZR), ce n’est pas une moto que l’on voit à chaque coin de rue (la concurrence n’y est pas étrangère). En tous cas, il s’agit d’une machine qui me convient parfaitement et par laquelle je suis comblé.

Contrées parcourues en Zrx : Région Parisienne, le tour de Corse avec les potes ...

Présentation

Doté d’un vrai moteur, c’est un roadster comme je l’aime : un moteur esthétiquement agréable refroidi par un radiateur aussi large que lui, une selle très confortable (en mono et en duo), un petit saut de vent que j’ai rajouté (un minimum de confort tout de même ! ), ZERO plastique (sauf le strict minimum obligatoire) et enfin un bon pneu bien large (un 180 à l’arrière).
Il ne faut surtout pas oublier la facilité de prise en mains, malgré ses 1200 cm3 et quelques 106 cv.

Equipement

Photo zrx

Un excellent rangement sous la selle en deux compartiments : un vers le bloc feu arrière (trousse à outils d’origine) + bloc disque ou autre petit accessoire toujours utile) et un pour ranger un U standard (debout) + un pantalon k-way ou autre.

Pas de béquille centrale, ce qui permet d’avoir une garde au sol importante (cela améliore notamment le confort en ville à cause des dos d’âne), mais qui a le désavantage de compliquer l’entretien de la chaîne.

Rajout d’un saut de vent pour me permettre d’être tranquille jusqu’à des vitesses largement condamnables, celles-ci atteintes, il vaut mieux se coucher !

J’ai dû rajouter, par sécurité, des pares carters, car le moteur, comme pour toutes les motos de ce type, n’est absolument pas à l’abri d’un gros pépin en cas de chute, même bénigne.

Moteur

Issu de celui du ZZR 1200, il ne s’agit pas d’une nouveauté, mais il est terrible. Je l’ai laissé avec ses 106 chevaux d’origine, mais il est toujours tentant de voir comment ça se passerait avec 20 ou 30 chevaux en renfort. La zone rouge se situe à 10 500 trs/mn et on peut l’approcher (je n’ai jamais souhaiter y aller) sans problème en partant dès les premiers tours sur le même rapport, ce qui accorde un confort de conduite non négligeable.

Il est linéaire, mais très puissant (en changeant pignon + couronne, la plupart des hyper-sports sont « battues « au démarrage, cela m’a été rapporté par un utilisateur !) et monte haut et vite sans forcer. Il permet d’arsouiller sur tout type de routes ou bien de se balader à basse vitesse (un voyage en Corse l’a bien démontré).

Partie-Cycle

Super tenue de route quelque soit l’état du revêtement, la quasi intégralité de la largeur du pneu arrière est utilisée (avis aux petits joueurs, et j’en connais ! ). Je ne me suis pas encore fait de frayeur à cause d’un écart de la moto en virage ou autre surprise de ce type.
Un exemple pour comparaison : avec mon GSX 750, il m’est arrivé UNE fois, d’aborder un virage, que je connais bien, à 160 km/h sur l’A86, duquel j’ai cru ne pas ressortir ( j’ai eu le temps de récupérer la trajectoire) ; ma réputation étant en jeu, j’ai abordé ce même virage dans les mêmes conditions avec le ZRX : j’aurais presque pu le faire d’une main !

La suspension arrière (2 amortisseurs « apparents ») est réglable par 2 moyens très pratiques : une mollette pour les ressorts + un « capuchon » numéroté pour l’amortisseur.

Le bras oscillant est à signaler par son design original.

Confort / Position

Selle très confortable, j’ai pu la tester sur longues distances (notamment un Nice-Paris, d’une traite) ; jamais mal nulle part. En duo, je n’ai jamais eu l’occasion de faire plus de 200 km d’une traite, mais ils s’étaient bien passés pour la passagère, mais, comme sur la plupart des motos, à la longue, les courbatures arrivent.

Comme je le précisais plus haut, j’ai rajouté un saut de vent « Ermax » très efficace au-delà des vitesses passibles de prison.

La position de conduite est agréable et absolument pas contraignante.

Freinage

Il est d’une efficacité redoutable, 2 étriers avant 6 pistons. Ce freinage est digne d’un super-sport, j’en connais un qui peut en témoigner.

Boâte / Embrayage

Elle est claire, facile à manipuler. Je n’ai jamais eu de problèmes. Quant à l’embrayage : RAS.

Finition

Je l’utilise depuis Août 2002 et elle couche dans un local, ce qui ne me permet pas de pouvoir juger de la fragilité des plastiques (peinture …) et de la résistance des parties métalliques à la corrosion. A priori, tout se passe pour le mieux pour le reste.

Photo zrx

Instrumentation / Divers

Il n’y a pas grand chose : un compte tours + un compteur + compteurs km + jauge essence ; c’est basique et c’est le strict minimum. Pas d’effort particulier sur les design de l’instrumentation. Il aurait été intéressant de doter cette moto (comme pour beaucoup d’autres) d’un témoin de température.

Consommation

- en ville, avec les 19 litres que le réservoir m’accorde, je parcours entre 180 et 230 km.

- sur trajets : il m’est arrivé de faire environ 250 km en conduite cool (un peu moins du mi-régime, environ 5 000 tours). Par contre, j’ai déjà été obligé de m’arrêter à 160 km (j’étais plutôt vers les 8 500 tours).

Il est clair, que c’est une moto assez gloutonne et que le réservoir manque cruellement de volume (3 litres de plus ne seraient pas un luxe).

Le coût de revient :

Pour l’instant je n’ai eu à effectuer qu’une visite qui m’a coûté environ 240 € (il s’agit bien entendu d’un vol, comme l’exerce couramment l’ensemble des concessionnaires). Ces 240 € ont financé : 4 bougies, une vidange, un filtre à air, 2 ou 3 conneries et beaucoup de main d’œuvre !!! Je n’y retournerai pas, bien que l’on soit obligé de le faire pour leur pseudo garantie constructeur (ils trouvent généralement un moyen de se défiler en cas de problèmes), d’autant plus que je fais moins de kilomètres qu’avant.

Quant à l’assurance, je suis à l’AMDM, je paie environ 1 000 € tous risques par an avec un coeff. de 0.76. Ce n’est pas donné, mais je m’en contente car je suis très satisfait de cet assureur.

J'appréciais
Qualités moteur : puissance et souplesse
Tenue de route
Freinage
Points d’attaches pour bagagerie
J'appréciais moins
Consommation
Frein arrière – plus ornemental qu’utile !
© moto-camboui.com - Contact : pascool[chez]moto-camboui.com
Conception et Réalisation : ADIC Info